Choisir votre solution de virtualisation

Pour les simples utilisateurs d’ordinateur et de système d’exploitation, les avantages de la virtualisation est la dernière de leur préoccupation. Il n’en est pas de même des directions techniques et des départements informatiques des entreprises, notamment ceux qui travaillent dans le domaine de la création de logiciels, d’applications, voire de sites web. La virtualisation constitue pour eux une solution stratégique aussi bien au niveau de la gestion du réseau informatique et des ressources systèmes de la société qu’au niveau financier. Sans compter que la virtualisation génère un incroyable gain de temps.

Principe de la virtualisation

la-virtualisationAvant de choisir votre solution de virtualisation, il est nécessaire de maîtriser les tenants et aboutissants de ce concept. Un bref petit rappel de ce dont il s’agit peut vous aider. La virtualisation est mise en œuvre par un logiciel. Ce dernier va aménager un système virtuel chargé d’émuler un serveur physique. Il en résulte l’apparition d’un environnement d’exploitation totalement indépendant du système d’exploitation originel (celui-ci est qualifié de « hôte »). Pour aller encore plus loin, grâce à l’installation de plusieurs systèmes virtuels, on débouche sur la capacité d’utiliser différents systèmes d’exploitation avec un serveur unique. Il devient donc inutile d’investir dans plusieurs serveurs physiques alors qu’ils seront sous-employés. Grâce aux serveurs virtuels , il suffit d’acquérir un serveur puissant qui sera mieux exploité.

Virtualisation : quels critères de choix?

serveursJetez un coup d’œil attentif aux pilotes. Ces derniers peuvent être natifs, c’est-à-dire qu’ils sont déjà intégrés à l’hyperviseur. Ils peuvent également être extérieurs mais ceci représente un inconvénient, on doit alors procéder à des réinstallations manuelles quand il se produit des défaillances. Ce type de modèle présente toutefois des avantages techniques non négligeables. À vous de juger et de trouver la solution qui répond le plus aux exigences de votre activité. Le deuxième paramètre à prendre en considération concerne le mode d’affectation des ressources. Il est par exemple envisageable de procéder à la carte. Dans le même temps, vérifiez le niveau de tolérance de panne. Il y a un troisième point, très important, à contrôler : combien d’OS la solution de virtualisation est-elle capable de supporter ? Cette question est fondamentale si votre parc informatique brille par son hétéroclisme. Dans le même ordre d’idée, vous devez connaître avec précision le nombre maximum de machines supportées par la solution que vous souhaitez acquérir, surtout si vous comptez faire un stockage volumineux. À l’occasion, voyez ce qu’il en est, de la taille de la mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.